Trichines

Trichines

Trichinella spp est un nématode zoonotique qui représente un danger sanitaire pour les consommateurs de viande crue ou peu cuite issue d’animaux contaminés (porcs, sangliers, chevaux et autres espèces sensibles qui seraient consommées). Le contrôle sanitaire des carcasses impose une recherche de la présence de larves musculaires de ce parasite (réglementations EU 2015/1375, EU 2020/1478 et Norme ISO18743) par une méthode de digestion artificielle d’échantillons de viande. Cette méthode est couteuse, représente un temps de travail long et fastidieux reposant sur l’expertise technique des analystes car elle n’est pas automatisée. Le remplacement de l’analyse directe par des moyens de lutte et de contrôle plus fiables et moins coûteux est donc une nécessité nationale et européenne.

Les objectifs :

I- Développer des tests de détection basés sur des protéines recombinantes ou sur des aptamères, afin de pouvoir développer des tests standardisés avec une spécificité et une sensibilité suffisante, en particulier pour les porcs dans la phase précoce de l’infection ou ayant des charges parasitaires faibles. Ces tests sont destinés à remplacer la méthode règlementaire de détection directe mais aussi à la surveillance épidémiologique d’élevages porcins dits HRT (en hébergement contrôlés vis-à-vis du risque Trichine) et qui peuvent déroger au contrôle systématique à l’abattoir.

II- Comprendre les interactions de Trichinella avec son hôte (principalement le porc) afin de proposer une prophylaxie vaccinale adaptée aux régions/pays qui ne peuvent pas mettre en œuvre de façon systématique et fiable le contrôle sanitaire officiel. Ces travaux nécessitent l’identification de cibles pertinentes, l’étude des mécanismes d’invasion du parasite mais aussi de défense et/ou de tolérance induites chez l’hôte vis-à-vis de Trichinella.

Nos projets de recherche permettent ainsi non seulement de définir des cibles parasitaires à visées prophylactiques mais ils ouvrent également des perspectives plus larges comme l’identification de facteur de virulence, la compréhension des mécanismes d’invasion et de défense immunitaire de l’hôte vis-à-vis d’un nématode parasite.

Résultats majeurs :

I- Nos travaux les plus récents ont permis d’identifier l’interaction de NBL1 (protéine exprimée par Trichinella spiralis) et de la vimentine des cellules hôtes, avec un potentiel de régulation de l’expression du collagène. Ce dernier étant le composant majeur de la capsule parasitaire qui protège le nématode de la réponse immunitaire de son hôte et permet ainsi sa survie à long terme. Ces travaux représentent ainsi une avancée dans la connaissance des interactions de Trichinella avec son hôte.

A Trichinella spiralis new born larvae-specific protein, Ts-NBL1, interacts with host's cell vimentin. 2022, Wang  et al, Parasitology Research

Projets actuels :

Collaborations :

Nous collaborons à l’échelle nationale, européenne et internationale à travers des contrats de recherche apportant notamment le financement de doctorants et d’échanges de scientifiques.

Date de modification : 08 novembre 2023 | Date de création : 21 février 2023 | Rédaction : S. Bertrand / C. Rouxel / L. Le Dortz